ARTICLES-SUR LE-MONDE MARIN   1 comment

Les dauphins de l’Irrawaddy

La bataille « sans fin » pour sauver les dauphins du Mékong

A l’apparition de deux dauphins de l’Irrawaddy en train de jouer, des touristes embarqués sur le Mékong ne peuvent cacher leur joie. Mais ils ne seront pas tous si chanceux à l’avenir: des filets de pêche meurtriers menacent la survie même de l’espèce

Les quelques bateaux de bois qui parcourent le fleuve à la rame dans la province de Kratie, à l’est du Cambodge, témoignent des efforts de conservation entrepris pour sauver le mammifère d’eau douce si populaire.

Mais quelques kilomètres en amont, Pech Sokhan, un des 77 gardes qui patrouillent sur la partie cambodgienne du Mékong, ne peut retenir un soupir en montrant un filet maillant retiré de l’eau deux jours plus tôt.

Malgré l’interdiction de ces filets considérés par les experts comme la principale cause de mortalité des dauphins du Mékong adultes, les habitudes ont la vie dure. « Nous devons éduquer les gens tous les jours », explique Pech.

Selon le gouvernement cambodgien, jusqu’à 180 de ces dauphins de l’Irrawaddy vivraient dans les eaux du Mékong. Mais ce chiffre est contesté par le Fonds mondial pour la nature (WWF) qui estime la population à seulement 85.

En cause, une mortalité des petits inexplicablement élevée, la consanguinité, les maladies et la destruction de leur habitat, mais surtout les filets maillants, déployés verticalement pendant une longue période et conçus pour que la tête des poissons reste coincée dans les mailles.

Ils sont « la plus grande des menaces », estime Gordon Congdon, du WWF.

Les autorités ont donc créé en août une zone de protection de 180 km de long, de la ville de Kratie à la frontière laotienne. La pêche y reste autorisée mais certains outils, comme les filets maillants et les cages, sont interdits.

Le développement d’activités alternatives comme l’écotourisme est donc primordial pour sauver ces mammifères d’eau douce qui n’existent plus que dans trois rivières dans le monde.

Le tourisme lié aux dauphins a attiré 30.000 visiteurs dans la région cette année, contre 20.000 en 2011 et seulement 50 en 2000, selon Touch. Et balades en bateau et souvenirs génèrent des revenus non négligeables.

Ref  :  AFP  le 31 décembre 2012

—————————————————————————————————————————-

SEAS –  Société d’Etudes en Archéologie Subaquatique

Octobre 2012, fouille de l’épave de la Mortella III, en Corse, qui va se poursuivre jusqu’au 21 octobre…

http://peciomortella.wordpress.com/


Découverte d’un crustacé géant au large de la Nouvelle-Zélande.
NOUVELLE – ZELANDE

Des scientifiques ont découvert un crustacé géant mesurant dix fois la taille normale de l’espèce à laquelle il semble appartenir.

L’animal ressemble à une crevette géante dénuée de carapace et a été trouvé lors d’une expédition à la fosse océanique de Kermadec, au nord de la Nouvelle-Zélande, par des scientifiques de l’unité de recherche marine de l’université d’Aberdeen et de Wellington.

Cet amphipode mesure 28 centimètres, alors que les amphipodes font 3 cm maximum. Le crustacé a été découvert alors que les scientifiques vidaient des pièges tendus par leur bateau, au-dessus de la fosse de Kermadec.

« Je me suis arrêté et j’ai pensé +mais qu’est ce que c’est que ça!+ », a raconté le chercheur Alan Jamieson. « C’était comme si j’avais trouvé un cafard long de 30 cm ».

L’expédition scientifique a filmé un autre amphipode long de 34 cm, qui n’a pas été capturé. « Ca vous montre juste que plus on cherche, plus on trouve », a déclaré Ashley Rowden, un autre scientifique présent.

« Qu’un animal aussi gros et aussi susceptible d’attirer l’attention nous soit resté inconnu si longtemps démontre à quel point nous savons peu de choses sur l’habitat le plus profond de Nouvelle-Zélande, un endroit unique », a-t-il ajouté.

Des amphipodes géants ont été découverts une seule fois par le passé, dans les années 80, au large de Hawaï, ont précisé les scientifiques.

Les chercheurs doivent à présent déterminer si l’animal de la fosse de Kermadec est une nouvelle espèce et tenter de comprendre pourquoi ces créatures ont évolué de manière à devenir si énormes.

Réf de l’article  /  AFP

MOLUQUES

Une nouvelle espèces de poisson-crapaud découverte en Indonésie, s’offre le luxe de nager en rebondissant sur les coraux.
Tel un plongeur malhabile balloté par le courant, un curieux poisson de l’ archipel des Moluques, en Indonésie, nage en heurtant les coraux qui l’entourent.
Ce n’est pas le seul trait surprenant de cet Histiophryne psychedelica, mais c’est celui qui lui est prore et qui a fasciné Ted Pietsch, spécialiste des antennaires ( ou poissons-crapauds) et professeur à l’ Université de Washington, qui a eu l’honneur de baptiser le spécimen.
Timide, préférant vivre caché, ce poisson zébré à la tête plate, fendue d’une large bouche, a été découvert il y a seulement un an par des plongeurs, au large de l’île d’Ambon.

Histiophryne psychedelica appartient à la famille des Antennariidés et à l’ordre des Lophiformes dont plusieurs représentants chassent à l’aide d’un leurre ( prolongement charnu ) disposé au bout d’une sorte de tige, qui attire les proies.
Comme les autres antennaires, Histiophryne psychedelica a des nageoires latérales qui lui servent de pattes mais n’a pas de leurre ou de possibilité de camouflage comme les autres poissons-crapauds, qui ont l’art de s’immobiliser et de se fondre dans le décor pour mieux attraper leurs proies.

Le psychédélique poisson d’Ambon a la capacité de se déplacer en rebondissant, protégé par un corps gélatineux et plusieurs épaisseurs de peau pour éviter de se couper sur le corail. Le poisson recourbe sa queue pour s’arrondir comme une balle. Cependant, les spécimens adultes préfèrent se déplacer en utilisant leurs nageoires comme pattes, moins aléatoire que la nage rebondissante.

La face plate de ce poisson est également étonnante. Ted Pietsch suppose que cette inhabituelle physionomie lui donne une vision binoculaire, autrement dit qui combine les images de ses deux yeux, contrairement aux poissons qui ont un oeil de chaque côté de la tête qui fonctionne indépendamment.

Référence de cet article :  FFA

————————————

BALI

Mai 2011

Lors d’une investigation dans les eaux entourant Bali en Indonésie, les chercheurs de Conservation International (CI) ont découvert huit nouvelles espèces potentielles de poissons et une nouvelle espèce potentielle de corail.L’étude aura duré deux semaines. Des chercheurs de Conservation International (CI) mandatés par le gouvernement indonésien ont inspecté  plusieurs récifs proches de l’île de Bali. L’objectif de l’investigation : évaluer leur santé pour vingt-cinq zones présupposées au nouveau réseau d’aires marines protégées élaboré par le ministère des Pêches et des affaires maritimes.

Les chercheurs ont été émerveillés devant la richesse de ces habitats marins. « Il y avait une énorme variété d’habitats, des niveaux étonnamment élevés de la diversité et les récifs coralliens qui semblait être dans une phase active de récupération de blanchiment », a souligné Mark Erdmann, conseiller principal du programme de la CI en Indonésie. Au total, huit nouvelles espèces de poissons et une nouvelle espèce de corail ont été identifiées. Parmi celles-ci, deux types de poissons cardinaux, deux types de dottybacks, une anguille de jardin, une perche de sable, un Fangblenny, une nouvelle espèce de gobie et un corail bulle. Des études à venir devraient confirmer la taxonomie de chacune de ces espèces.
Lors d’une investigation dans les eaux entourant Bali en Indonésie, les chercheurs de Conservation International (CI) ont découvert huit nouvelles espèces potentielles de poissons et une nouvelle espèce potentielle de corail.L’étude aura duré deux semaines. Des chercheurs de Conservation International (CI) mandatés par le gouvernement indonésien ont inspecté  plusieurs récifs proches de l’île de Bali. L’objectif de l’investigation : évaluer leur santé pour vingt-cinq zones présupposées au nouveau réseau d’aires marines protégées élaboré par le ministère des Pêches et des affaires maritimes.Mai 2011

Réf : Archipel des sciences.

L’ épave du Liberty.

L’USAT Liberty était un cargo de transport Américain, construit en 1918, d’une longueur 120 mètres .Il transportait une cargaison de caoutchouc et d’équipement ferroviaire d’Australie aux Philippines. Le 11 Janvier 1942 à 4h15 il fut torpillé par le sous marin Japonais I-116 au large de Lombok. Gravement touché, il parvint  à faire route vers Bali remorqué par deux torpilleurs qui tentèrent de le faire atteindre le port de Singaraja. Le port surchargé ne pouvant accueillir le bateau il fut échoué sur la côte à Tulamben afin de décharger sa cargaison. Il resta échoué pendant 21 ans jusqu’à l’éruption du volcan Agung en 1963 : la coulée de lave le rejeta au large en le brisant.

L’épave repose aujourd’hui sur un fond de 12 à 30 mètres et est accessible depuis la plage. Etant peu profonde et si près de la plage, elle est  donc devenue un lieu de prédilection pour les plongeurs.

POISSON-BALLON  – Lagocéphalus sceleratus

Originaire de Mer Rouge, il a traversé le Canal de Suez vers 2003, profitant du réchauffement des eaux.

Appelé poisson-ballon à bandes argentées, il colonise la Méditerranée à grande vitesse.Il contient l’une des toxines paralysantes les plus puissante au monde, la tétrodotoxine… célébrité de son cousin, le fugu, au Japon.

———————————————————————

Les intoxications par les animaux marins sont dues à des toxines présentes dans la peau, la chair et les viscères des poissons. Les syndromes les plus fréquents sont la ciguatera liée à la production de ciguatoxines par le dinoflagellé Gambierdiscus toxicus et le scombrotoxisme, intoxication par histamino-formation dans la chair de poissons bleus. Les autres intoxications, plus rares, comprennent le tétrodoxisme ou fugu des japonais, le clupèotoxisme principalement après ingestion de sardines tropicales, la palotoxicose après ingestion de crabes, le carchatoxisme intoxication par grands requins, et le chélonitoxisme intoxication par la chair de tortues marines, intoxications, qui, à cause de la taille de l’animal incriminé, sont souvent rapportés sous la forme d’intoxications collectives. D’autres intoxications sont en rapport avec des toxines d’algues ingérées avec des poissons de récifs, réalisant l’ichtyoalléinotoxisme ; ou sont dues à l’ingestion de coquillages bivalves filtrants.

Le tétrodotoxisme ou fugu est du à la consommation de tétrodons (c’est la roulette russe des gastronomes nippons, le fugu étant sans danger s’il est servi après une préparation savante par des cuisiniers qualifiés). L’intoxication est due à la consommation de poisson globe, poisson lune, poisson porc-épic, poisson baudruche, poisson boule, poisson ballon appartenant à la famille des tétrodons. La zone d’intoxication par la tétrodotoxine (TTX) est classiquement située à Hong Kong, au Japon et en Océanie. Des épisodes ont été rapportés au Maroc, en Malaisie, à l’Ile de La Réunion, en Californie et à Madagascar (Ile de Nosy Bé). La TTX, isolée en 1909, est une neurotoxine localisée dans les ovaires, les viscères et la peau.

Un gramme de TTX peut tuer jusqu’à 500 personnes. Il n’y a pas d’antidote

Réf : Médecine tropicale – Professeur Pierre AUBRY, Professeur Bernard-Alex GAUZERE.

LES TORTUES MARINES  –

Outre le braconnage, les sept espèces de tortues marines présentes dans tous les océans, sauf l’Arctique, sont menacées par la pollution (notamment les sacs plastiques), la destruction des récifs coralliens et les prises accidentelles par les pêcheurs.

Les tortues marines peuvent désormais pondre en toute quiétude sur les plages paradisiaques d’un chapelet d’îles indonésiennes: les habitants ont décidé de ne plus ramasser leurs oeufs pour les vendre et se mobilisent pour protéger ces animaux menacés.

Les visiteurs sont depuis encouragés à symboliquement «adopter», pour quelques dizaines de dollars, un nid, explique M. Purwanto, le coordinateur du programme géré conjointement par le WWF et l’ONG The Nature Conservancy.

PROFAUNA BALI  :

Tout ce qui se passe depuis le début de notre campagne en mars 2006 sur l’île de Bali indique que notre stratégie
de relations publiques dans les médias a eu beaucoup de succès. Pourtant, afin que nous puissions continuer
ainsi et soutenir nos compagnons d’armes à Bali, nous comptons très fort sur le soutien financier et le patronage.
En fin de compte, mettre un terme au massacre et au commerce des tortues marines dépend de qui est le plus
déterminé à réussir.

LA RASCASSE VOLANTE  –  Rascasse volante   –  ( Pterois volitans )  –  Groupe : Scorpaeniformes  –  Sous-groupe : Scorpaenidés.

Mer Rouge, Indonésie et maintenant Caraïbes ( Introduite par l’homme )

Sciences et Vie – Aout 2011 – publie sous le titre  » Les Nouveaux Envahisseurs « , un article sur la rascasse volante. En voici un extrait :

En aout 1992, le cyclone Andrew s’abat sur la Floride. Dans la baie de  Biscayne, un aquarium est détruit : six poissons-lions, originaires du Pacifique et de l’Océan indien, sont relâchés dans l’Atlantique. Ils se reproduisent à raison de 30.000 oeufs tous les quatre jours. Vingt ans plus tard, leur progéniture a envahi les côtes de Floride, les Bahamas et la Caraïbe. Sur certains sites des Bahamas, des biologistes canadiens ont dénombré plus de 300 individus à l’hectare, soit 5 fois plus que dans ses zones d’origine. Avec ses épines capables d’injecter un puissant venin, il est une proie plutôt indigeste. Il est extrèmement vorace : ingurgitant un vingtième de son poids par jour, il s’attaque à plus de 50 espèces de poissons et provoque une réduction de près de 80% dans l’arrivée des nouvelles générations de poissons locaux. Son éradication est impossible ….. etc

publié août 10, 2011 par giafferi

Une réponse à “ARTICLES-SUR LE-MONDE MARIN

Souscrire aux commentaires par RSS.

  1. Pingback: DAUPHINS DE L’IRAWADDY « GOBIE83

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :